décembre 2012

Julien (styliste), fauteuil années 50, tissu Innofa – réf: Diamond Charcoal

Prix “Elle Décoration” 2012 pour le canapé Ploum

Ronan & Erwan Bouroullec ont reçu cette année, pour le canapé Ploum, lors du salon du Meuble de Milan, le premier prix, dans la catégorie sièges des EDIDA. (Elle Décoration International Design Award)

C’est le septième prix attribué au modèle Ploum, depuis son lancement en janvier 2011.

Le canapé Ploum est recouvert avec le tissu Stitch, de chez Innofa. Vous pouvez découvrir les 12 coloris de cette étonnante collection de tissus à l’atelier vladimir boson.

www.innofa.com

Quelques best-sellers de l’année 2012 recouverts de tissus Innofa en images:

Canapé Gentry de Patricia Urquiola pour Moroso, tissu Big Braid (exclusivité pour Moroso)

 

Canapé Klara de Patricia Urquiola pour Moroso, tissu Big Pois (exclusivité pour Moroso)

 

Canapé Nuvola de Paola Navone pour Gervasoni, tissu Pied de Poule (exclusivité pour Gervasconi)

 

Canapé Blur de Marc Thorpe pour Moroso, tissu Blur (exclusivité pour Moroso)

 

Fauteuils Lazy Bastard de Bertjan Pot pour Montis, tissu Stitch et Aquatic (exclusivité pour Montis)

Art ou design?

Un assemblage de blocs lumineux, appelé “table basse” et signé par un artiste, exposé dans un musée et vendu en édition limitée, c’est de l’art ou du design? Zoom sur un phénomène qui prend de l’ampleur.

Plafonnier de Fabrice Gygi pour D&A Lab (2011)

 

Créer une oeuvre d’art avec une valeur fonctionnelle ou faire un objet fonctionnel avec une valeur artistique. Quelques artistes, des plus renommés aux plus jeunes, se sont volontiers lancés dans cette aventure.

On peut dire que l’oeuvre d’art est par essence unique et le travail de l’artiste, sans contraire, est de subvertir le quotidien. Le design est, quant à lui, à l’intersection du pratique et du beau, il répond à des questions d’utilité, de fonctionnalité, de faisabilité et d’esthétique. Que se passe-t-il, quand le questionnement du design se retrouve au coeur des oeuvres des plasticiens? Quand le côté pratique, sinon esthétique, d’un objet disparaît, laissant place à un message. Quand le concept prime sur le fonctionnel. Quand le design s’expose dans les musées ou les foires d’art contemporain. Et que dire encore des prix, concurrentiels à ceux d’oeuvres d’art très bien cotées, que ces objets en édition limitée peuvent atteindre?

Table et chaises “Verzet” de Jan Fabre pour D&A Lab (2007)

 

Il semblerait que la question ne soit déjà plus “Est-ce de l’art ou du design?”, mais de savoir s’il faut même se la poser. En dehors d’un positionnement rentable évident (les pièces de design en édition limitée, hissées au rang d’oeuvres d’art, en approchent aussi les prix et trouvent naturellement, sur le marché des collectionneurs, des acheteurs connaisseurs… et nantis), les choses changent, le design industriel s’émancipie de la production de masse, retrouve des savoir-faire de qualité, artisanaux et/ou hypertechnologiques.

Tables basses “1984” de Jonathan Monk pour D&A Lab (2010)

 

Finalement, est-ce que ces éditions limitées et autres oeuvres signées, numérotées ne sont-elles pas juste les arts décoratifs du XVllle siècle réinventés, tout simplement?

A vous de juger…

www.dna-lab.net

Et on termine cette dernière newsletter de l’année sur une note graphique, avec l’exposition “Alain Huck – Tragedy or Position” au Musée des Beaux-Arts de Nancy.

Tragedy or Position est un ensemble de quatre dessins monumentaux réalisés au fusain.

Nébula, Tragedy, Position, Edenblock mettent en résonance des références géographiques, historiques et culturelles éloignées: un décor triomphal du Baroque troué par la Nébuleuse du crabe, une masse sombre dilatée sur les pages centrales des Bacchantes d’Euripide, une vue aérienne captée par un drone survolant l’Afghanistan, une concentration végétale dans une serre tropicale.

Ces dessins à la lumière sombre et voilée sont présentés par deux dans une même salle. Un huis clos qui plonge le visiteur dans une noirceur inquiétante, pleine de forces obscures.

L’échelle des œuvres est impressionnante (271 x 400 cm) et renvoie aux formats de la “peinture d’histoire” que l’artiste réinterprète en donnant au dessin des dimensions gigantesques. Son travail de superpositions de différentes images, d’accumulations sur les motifs invite le spectateur à s’immerger dans l’œuvre afin d’y retrouver ses propres visions l’entraînant même dans une sorte de vertige.

L’exposition d’Alain Huck permettra une sensibilisation du visiteur à une œuvre dédiée au dessin dans un musée qui conserve l’un des plus grands cabinets d’arts graphiques en région.

Du 15 novembre 2012 au 11 février 2013

Rez-de-chaussée des salles d’expositions temporaires

www.mban.nancy.fr

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et vous donne rendez-vous en janvier!!!

A bientôt!!!

 

Vladimir