novembre 2013

Vladimir Boson et Delphine Coindet ont le plaisir de vous inviter au vernissage de Pecker Molleton Set.

slash-wide

FORMEL ET STRICT, CHATOYANT ET MOELLEUX: TEL EST LE PECKER MOLLETON SET

Le Pecker Molleton Set est une étape au sein du projet d’ensemble que constitue le Pecker. Initialement image de synthèse, sa première occurence virtuelle est dessinée en 2006, soit une créature-totem comme vision satirique des principes formels modernistes. Quel que soit le matériau, la technique, quelle que soit l’échelle utilisée, c’est une créature prompt à se reproduire sous divers aspects stylistiques, de l’état le plus brut au plus sophistiqué, et pourquoi pas délibérément fonctionnel jusqu’à se transformer en élément mobilier haut de gamme, avec Pecker Molleton Set.

Edités à 150 exemplaires numérotés, les Peckers seront tous différents, son acquéreur pouvant choisir les tissus dans lesquels ils seront réalisés.

PECKER MOLLETON SET

Delphine Coindet / Vladimir Boson

Vernissage mercredi 13 novembre 2013 dès 18h

Chic Cham, route de Prilly 2, 1004 Lausanne

www.vladimirboson.com/pecker

slash-wide

Je profite de cette newsletter pour remercier les personnes qui nous ont aidé, soutenu et participé à la réalisation de ce projet:

Fatima El Madidi (de chez Innofa), Madame Paris (graphiste), Sandro Santoro (webmaster), Annik Wetter (photographe), Marco Costantini (historien de l’art), Claire Lavigne (courtepointière), Annabelle et Pauline (Chic Cham), ma compagne Josiane et mon fils Arno, pour leur bonne humeur au quotidien…(sourire)

Sans oublier Delphine, pour avoir accepté cette aventure (qui ne fait que commencer…) avec moi!!!

slash-wide

Je vous souhaite un excellent mois de novembre et j’espère vous voir nombreux au vernissage!!! 

 

A bientôt!!!

 

Vladimir

octobre 2013

Vernissage PECKER MOLLETON SET

www.vladimirboson.com/pecker

slash-wide

Christian (bijoutier), fauteuil années 50, tissu Johanna Gullichsen – réf: Doris Black

Théâtre de Vidy-Lausanne (pour la pièce “Vers Wanda”), canapé de style, tissu de la compagnie (Photo © Mario Del Curto)

slash-wide

A Lausanne, dès demain, l’artiste Pierre Bonard expose à l’Annexe; la vitrine de la galerie viceversa.

p024_1_00

Les peintures de Pierre Bonard parlent de relation, d’échange, d’amour et d’amitié, de vie, de peurs et de mort. La série proposée pour cette exposition met en scène un objet, toujours le même, dans différentes situations. Ces barques semblent exister par elles-mêmes, incarnations fantomatiques de visions esseulées, elles renvoient par des métaphores oniriques à l’existence.

L’aspect relationnel de la communication semble au coeur des préoccupations de l’artiste. Des corps se côtoient, aveugles, muets, sans yeux ni bras, objets insolites au coeur d’une nature pas forcément hostile bien que puissante. Figures inertes, échouées, figées sur place, elles s’expriment paradoxalement en figurant des actions intrigantes et dénuées d’intervention extérieure. Rapprochées ou éloignées l’une de l’autre, elles sont toujours en harmonie dans leurs rapports charnels emplis de compassion.

Partant d’un outil très classique, le dessin d’objet, Pierre Bonard, en donnant chair à ses figures et en les transposant dans des situations “humaines”, explore les méandres de l’âme. Avec la volonté de ne pas trop en dire, il cultive le flou d’une interprétation trop hâtive. Usant de sa maîtrise picturale, il exprime au travers de sa sensibilité la complexité de ses angoisses, de sa générosité, de son empathie.

(Texte de Christian Balmer)

L’Annexe

Exposition du 10 octobre au 31 décembre 2013

Vernissage mercredi 9 octobre dès 18h

www.viceversa.ch/lannexe

slash-wide

Toujours à Lausanne, l’exposition “Morbidezza” de Roberto Greco à la galerie FORMA.

Le photographe Roberto Greco a composé cette série de nature mortes comme un parfumeur distillerait une fragrance; en dosant avec efficacité les notes de tête, de coeur et de fond.

Dans cet ensemble inédit, imaginé comme une sorte d’herbier animal, les dimensions extérieures et intérieures des sujets sont révélées par l’espace dans lequel ils sont enveloppés.

En effet, la scénographie, inspirée de l’esthétique des avants-gardes du XXe siècle, dirige imperceptiblement le regard du spectateur sur les bêtes et l’oblige à caresser virtuellement leur peau, à ressentir la force de leur instinct.

Avec ironie, entre équilibre métaphysique et bestialité, les treize images aux gradations de couleurs subtiles et à l’atmosphère surréaliste, touchent nos cordes les plus intimes, nous mettant face à notre propre animalité.

L’exposition est complétée par une installation vidéo qui, présentée dans une salle distincte, permet au visiteur de s’immerger totalement dans une dimension dans laquelle “la fantaisie flirte avec la gravité, et même si on ne rit pas, on n’a plus lieu d’être triste”…

Galerie FORMA

Exposition du 18 octobre au 30 novembre 2013

Vernissage jeudi 17 octobre dès 18h30

www.forma-art.ch

slash-wide

Et en ce moment, au cabinet médical de Dr Marie-Christine Gailloud-Matthieu, l’exposition “SYRIAN VOICES, continuity of culture in crisis”, une exposition d’artistes syriens expatriés, réfugiés et en Syrie.

Curateurs: Shadi Al Shhadeh (juriste, militant des droits de l’homme et directeur de “Zaytoon”), Roza El-Hassan (artiste hongro-syrienne, a représenté la Hongrie à la Biennale de Venise en 1997)

Cabinet médical du Dr Marie-Christine Gailloud-Matthieu

Rue du Valentin 61, 1004 Lausanne

www.chirurgieplastique.ch/expositions

slash-wide

Voilà pour ce mois d’octobre…

Et n’oubliez pas de noter dans vos agendas la date du 13 novembre!!!(sourire)

A bientôt!!!

 

Vladimir

septembre 2013

Virginie (historienne de l’art), fauteuil années 50, tissu Pierre Frey – réf: Collobrières ciel F0556050

Chic Cham (www.chiccham.com), fauteuil années 50, tissu Lelièvre – réf: Tilt coquelicot 0465-18

Le retour d’un élément historique du design danois

L’éditeur HOWE lance à nouveau la chaise Tongue d’Arne Jacobsen, un classique du design qui avait disparu.

“HOWE a pris la Tongue sous son aile pour lui appliquer ses connaissances en ingénierie afin d’assurer que son design originel soit en phase avec les exigeantes normes contemporaines”, explique son directeur commercial Lars Bruntse.

Présentant un design minimaliste et sculptural, la Tongue constitue l’exemple parfait d’un design original d’Arne Jacobsen. Elle embrasse sa passion envers les silhouettes, la beauté et les formes.

Proposée en placage hêtre, chêne ou noyer, mais aussi en teck, elle est également disponible intégralement garnie en tissu ou en cuir. Les pieds sont en chrome ou laqué poudré en noir ou en blanc.

www.tonguechair.com

On poursuit avec l’arrivée des nouveaux tissus de la collection UNFOLD de chez Kinnasand.

Une nouvelle collection pour rideaux où textures, techniques d’impression spéciales et compositions de matières inattendues sont mises à l’honneur.

www.kinnasand.com

Quand le fluo rencontre le pastel…

Photos magazine Eigen Huis & Interieur

1 meuble de l’atelier vladimir boson / 1 histoire

Lampe de table Artemide “Nesso” de Giancarlo Mattioli, créée en 1965 (ABS blanc)

Dimensions: 54×34

Prix: VENDU

 

Giancarlo Mattiolo fut l’un des designers italiens qui explorèrent de nouveaux modes d’obtention d’une lumière d’ambiance discrète, avec des luminaires qui faisaient oublier la présence d’une ampoule.

Dans la lampe de table Nesso, il exploite l’idée de diffusion de la lumière à travers un plastique coloré. Il évite que l’oeil soit agressé par l’intensité de l’ampoule. La transparence partielle du matériau diffuse une lueur uniforme, tandis que le choix des couleurs du plastique assure une lumière chaleureuse.

Vous pouvez obtenir plus d’informations concernant cette lampe à l’adresse mail suivante: atelier@vladimirboson.com

Et on termine cette newsletter avec l’exposition “bruits de fond” à la Villa Bernasconi à Grand-Lancy.

Luc Andrié avec Nicolas Bloudanis, Giulia Essyad, Alain Huck, Jean-Yves Jouannais, Stephan Landry, Myr Muratet, Nicolas Muller, Sandrine Pelletier, Jessica Russ, Tina Schwitzgebel-Wang, Juliana Stadelmann, Bram van Velde.

Certains bruits de fond n’ont de cesse de traverser l’art et la peinture. A la fois culturelle et politique, symptomatique, douce et révoltante, cette exposition tisse des ponts entre des médiums, des esthétiques, des disciplines et des points de vue.

Villa Bernasconi

Du 31 août 2013 au 10 octobre 2013

www.villabernasconi.ch

Je vous souhaite une belle rentrée et vous donne rendez-vous en octobre…

A bientôt!!!

 

Vladimir

août 2013

Chalexandre, fauteuils Art Déco, tissu Lelièvre – réf: Tilt coquelicot 0465-18

Joey, fauteuils années 50, tissu Pierre Frey – réf: Tonic nattier F2903021

Chic Cham (www.chiccham.com), chaises de Kai Kristiansen, tissu Johanna Gullichsen – réf: Doris Black

“Pecker Molleton Set” Shooting photo par Annik Wetter…

© Delphine Coindet / Vladimir Boson

Les nouvelles réalisations de l’atelier vladimir boson à découvrir bientôt à la galerie FORMA…

Voilà pour ce mois d’août…

Bonne fin de vacances et rendez-vous en septembre, pour une rentrée chargée en événements…

A bientôt!!!

 

Vladimir

juillet 2013

Commande d’atelier (livrée en Nouvelle-Zélande), marquises Louis XVl 19e, tissu Colefax – réf: F3513/02

L’atelier vladimir boson, c’est aussi du mobilier 18e…

1 marquise “à la reine”, Louis XVl, Paris, 18e (garniture de lampas de soie)

1 marquise “à la reine”, Louis XVl, France, 18e (en cours de restauration)

1 bergère, Transition/LouisXVl, 18e (garniture de damas de soie)

1 paire de fauteuils “à la reine”, Louis XVl, sign. J. Avisse, Paris, 18e (garniture de damas de soie)

1 fauteuil de commodité, Louis XV, France, 18e (en cours de restauration)

1 paire de fauteuils, bois gris de Versailles, Louis XVl, Paris, 18e (garniture de lampas de soie)

1 paire de fauteuils “en cabriolet”, bois doré, Louis XV, France, 18e (en cours de restauration)

1 paire de fauteuils “en cabriolet”, Louis XV, Paris, 18e (garniture en damas de soie)

1 paire de fauteuils “en cabriolet”, Louis XV, Paris, 18e (garniture en velours de soie)

1 fausse paire de fauteuils “en cabriolet”, bois peint, Louis XV, France, 18e (en cours de restauration)

1 chaise, Louis XV, France, 18e (en cours de restauration)

Vous pouvez obtenir des renseignements complémentaires (photos, dimensions, prix, etc…) à l’adresse mail suivante: atelier@vladimirboson.com

On continue, avec la présentation de l’éditeur de tissus Prelle.

Créée en 1752 et installée à la Croix-Rousse depuis 1881, Prelle est une des plus anciennes manufactures lyonnaises d’étoffes pour ameublement et la seule qui soit restée une entreprise familiale.

Depuis le 18e siècle fournisseur du garde meubles royal, puis impérial, la manufacture livre brochés, lampas, velours ciselés, etc… aux princes d’Europe et jusqu’à la cour de Catherine ll de Russie. Au 19e siècle, elle multiplie les récompenses dans les grandes expositions internationales et au début du 20e siècle, devient un partenaire incontournable des ensembliers de l’Art Nouveau et de l’Art Déco.

Mais, c’est surtout pour les grands chantiers de rénovation de la deuxième partie du XXe siècle, que la manufacture est saluée: le retissage des tentures en brocart d’or, d’argent et de soie de la chambre du roi Louis XlV au Château de Versailles (29 années de recherches et de tissage au rythme de trois centimètres par jour), le broché à plumes de paon en relief des rideaux et tentures murales de la chambre de Marie-Antoinette à Versailles ou encore, le retissage à l’identique du grand broché de la chambre de l’Impératrice au Château de Fontainebleau.

En 2004, la manufacture Prelle participe à la restauration de l’Opéra Garnier en tissant les 670 m de tentures du grand Foyer, dessinées en 1874 par l’arrière-arrière-grand-père du dirigeant actuel.

L’exceptionnel fonds d’étoffes qu’elle conserve depuis plusieurs siècles et sa volonté de pérenniser son savoir-faire technique, font d’elle l’une des dernières manufactures d’étoffes lyonnaises où cohabitent avec bonheur le tissage des métiers à bras et celui des métiers électroniques.

www.prelle.fr

L’atelier petit h d’Hermès

Des carrés de soie transformés en colliers, des vases de cristal réinventés en luminaires ou les boucles du sac Kelly pour suspendre un miroir… C’est l’idée d’Hermès et de son nouveau concept: l’atelier petit h.

Les chutes de cuir, détails de maroquinerie ou pièces de cristal de la maison sellière deviennent le point de départ d’un jeu créatif où artistes, designers et artisans ont carte blanche pour créer les objets ludiques de leur choix. Ils offrent ainsi une nouvelle vie à ces matières précieuses grâce au laboratoire créatif petit h qui donne naissance à un véritable cabinet de curiosités.

Installé le 7 juin dernier de façon permanente dans le magasin du 17 rue de Sèvres à Paris, l’atelier sera de passage dans la boutique Hermès de Singapour au mois de juillet et dans celle de Londres en décembre.

www.hermes.com/petith

Le cabinet de curiosités de la galerie FORMA

Entre la salle d’exposition et les bureaux, la galerie FORMA a conçu un espace éclectique, inspiré des cabinets d’amateur du XVIIIe siècle. Les pièces uniques ou à faible tirage présentées sont le fruit du talent d’artistes et artisans issus de la scène locale, nationale et internationale.

Les collections du cabinet de curiosités sont augmentées et renouvelées au fil des saisons. Actuellement, la galerie présente les créations en céramique d’Adrien Chevalley, Sophie Honegger, Noémi Niederhauser, Claudia Nussbaum Bürki et Keiko Machida, les étonnants tampons et ex-libris du Tampographe Sardon, de belles pièces de taxidermie, un peu de folklore mexicain contemporain et une sélection de mobilier ancien et de style, restauré par l’atelier vladimir boson.

www.forma-art.ch

www.forma-art.ch/VladimirBoson

Fauteuil Louis XVl 18e, tissu Lelièvre – réf: Lampas Chenier bleu 4003-03

Bambi: Je est une autre…

Dès sa plus tendre enfance à Alger, Marie-Pierre ne veut s’habiller qu’en robe et refuse obstinément son prénom de naissance: Jean-Pierre. A 17 ans, sa vie bascule lorsqu’elle découvre la revue d’un cabaret de travestis en tournée: le Carrousel de Paris. En quelques années, elle devient «Bambi», figure mythique des cabarets parisiens des années 50/60.

En recueillant le témoignage d’une des premières transsexuelles françaises, Sébastien Lifshitz poursuit le travail entamé avec «Les Invisibles» et trace le destin d’une personnalité hors du commun.

www.bambi-officiel.com

Et pour terminer, pas besoin de passer sur le billard, pour aller voir l’exposition de Jean Crotti et Jean-Luc Manz, au cabinet médical du Dr Marie-Christine Gailloud-Matthieu.

Jean Crotti et Jean-Luc Manz

A voir, durant tout l’été, au cabinet médical du Dr Marie-Christine Gailloud-Matthieu.

Rue du Valentin 61, 1004 Lausanne

www.chirurgieplastique.ch/expositions

Je vous souhaite un bel été et vous donne rendez-vous en août…

A bientôt!!!

 

Vladimir